THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Le Cabaret des Monstres au Bistrot de la Scène - 18-11-2016

Le Cabaret des Monstres

Par le Théâtre des Monstres

Bistrot de la Scène, Dijon

Vendredi 18 novembre 2016

 

Cabaret des Monstres 16.jpg

 

 

Belle soirée au Bistrot en ce vendredi 18 novembre et bienvenue au Cabaret des Monstres, théâtre surréaliste à la Jacques Tati dans un univers d’art brut, un décor dont rêverait tout gamin à l’imagination débordante, un monde d’objets issus de la récupération où tout se métamorphose au gré des délires fantasques des comédiens. 

 

Sur cette scène de chapiteau, nous entrons dans une sorte de cirque où se mêlent l’absurde, la poésie, l’humour et la dérision, dans une mise en scène au cordeau où chaque détail, même le plus petit, donne une formidable énergie au spectacle. Et quand la fin arrive, on n’en est pas encore rassasiés. Comme si c’était trop court, comme si on ne voulait pas quitter ce monde de surprises plus étonnantes les unes que les autres.

 

Les comédiens, ensemble et séparément, s’en donnent à cœur joie et apportent leur regard affuté sur nos petites habitudes passées au crible grossissant d’une loupe qui transforme chaque geste, chaque petit détail de notre vie quotidienne en un moment riche d’émotions et de rire. Trois instrumentistes, en même temps sonorisateurs, ajoutent le liant musical qui assure l'alchimie de l'ensemble. 

 

 

Cabaret des Monstres 13.jpg

 

 

Ainsi comment ne pas se reconnaître devant notre tasse de café du matin, la tête encore dans les brumes de la nuit, devant notre linge propre qui a rétréci au lavage, devant nos colères de broutille ou notre monde de jeu d’argent qui nous rabote la pensée.

 

C’est un spectacle plein de surprises, d’émerveillement. Une belle réussite avec des scènes à lire à double ou triple degrés, à voir comme un enfant aux yeux éblouis, aussi comme un adulte qui cherche à réfléchir autrement. Derrière la légèreté apparente de ces divagations pleines de verve, se cache un propos savoureux sur nos absurdités, nos petites monstruosités du quotidien, ce ridicule que l’on prend trop souvent au sérieux.

 

Et si, au bout du compte, nous n’étions pas les monstres que nous voudrions voir ailleurs ? 

 

 



19/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres