THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Singall Gospel - Place de la Libération - Dijon - Fête de la Musique - 21-06-2014

Concert – Fête de la Musique – 21-06-2014

 

Concert Fête de la Musique 18.jpg 

Photo (C) Fred Sam

 

Parfois, à force d’écrire sur Singall Gospel, on croit ne plus avoir de mots nouveaux à poser sur le papier. Vous voyez un peu ? Ces mêmes idées sur l’enthousiasme, l’énergie, la qualité des musiciens et de la chef de chœur, sur le bonheur des choristes.

Enfin bref, tout ce qui a été déjà dit depuis les premiers articles. C’est un peu comme un lieu magnifique qu’on connaît par cœur, qu’on a visité trente-cinq fois. Dont on connaît les moindres recoins. Cette vue superbe sur la vallée avec les branchages du vieux chêne au premier plan… Pourtant, avec une lumière différente, à une saison différente, à un horaire autre, le jour ou la nuit, avec quelques gros nuages qui traînent leur ouate dans le ciel ou pas, tout change. C’est un autre monde. Des sensations nouvelles et autant spectaculaires…

Singall Gospel Choir, c’est un peu pareil. Et le concert de samedi soir sur la place de la Libération à Dijon le confirme encore un peu plus.

La journée « Fête de la Musique » fut extraordinaire dans tous les sens du terme. Elle avait débuté vers 14h15 pour l’installation du matériel et les balances. La plupart des choristes étaient là, impatients d’en découdre de plaisir sur cette grande place dijonnaise. A peine un riff d’essai des musiciens était-il lancé que déjà ils se trémoussaient sans retenue au pied de la scène. Les sourires complices, les rires partagés en disaient long sur l’enthousiasme général, sur la chance unique qu’on avait tous de pouvoir  partager notre bonheur de chanter avec un public de plusieurs milliers de personnes. Le sentiment d’être un peu des privilégiés de la Fête de la Musique. Cette scène montée face à une sorte de monument – décor de théâtre, la scène d’une arène antique où les dieux du funk allaient défier par la musique les siècles d’histoire de Divio. Sensation renforcée quand montés sur la scène pour le réglage du son des micros et des instruments, les choristes découvrent in sitio le décor grandiose qui les attend pour le soir. A ce moment, chacun sait un peu plus ce qu’il en sera, sans vraiment pourtant pouvoir mesurer la force de ce même lieu à la nuit tombante avec une place peut-être remplie. A la fois le bonheur immense d’être là et la responsabilité que cela représente pour tous de réussir ce concert. Il y a des moments comme ça, uniques parce qu’il n’est pas écrit que cela se reproduira. Vivre le présent le plus intensément possible pour graver en soi des choses qu’on ne pourra plus nous reprendre quoiqu’il arrive ensuite, des choses qui donnent de la puissance à la vie.

 

Singall Fête de la Musique 2014 01.jpg

 

La fin d’après-midi qui a suivi avant le grand soir, a été pour un certain nombre une errance tranquille dans le vieux centre ville. Au menu glace ou bière fraîche, mais avec la tête projetée dans les heures d’après, celles de ce qui sera un concert hors de son commun.

 

 

Et il n’allait pas tarder à arriver. La chauffe des voix dans une des salles de l’Hôtel de Ville représenta aussi une mise en condition psychique et physique. Plus que les voix, il s’agissait de tout lâcher n’avoir aucun regret.

A l’heure où la colonie singallienne quitta les loges, traversa la cour de Flore pour rejoindre la cour d’Honneur de la mairie puis l’entrée des artistes sur la grande place, la motivation était à son comble, doublée d’un plaisir démultiplié. L’heure H était enfin arrivée. Depuis le temps qu’on l’attendait ce moment-là. Encore quelques minutes à attendre que les derniers branchements soient effectués. Et puis ce fut la montée des marches vers la scène devant une place presque entièrement remplie de spectateurs. L’intro musicale et enfin « Reach out », premier titre du set…

 

 

Comment décrire cette sensation incroyable de chanter et danser devant un espace qui s’est très vite congestionné, les spectateurs venant en nombre bloquer les accès à la place de la Libération. D’après les estimations, entre 4.000 et 5.000 personnes. Un public qui ne s’en va pas, qui reste jusqu’au bout à danser, à taper des mains, à reprendre les paroles de certains morceaux. “Can You feel it » de Mickael Jackson, « All Night Dancin’ » de Mickael et ses frères et tous les standards du funk et du disco des années 80, comme lors des concerts de Quetigny, « Higher Ground » en moins. Sensation extrême. Une puissance qui monte morceau après morceau devant cette foule compacte qui ne cesse de grossir et de se densifier. Incroyable !

Les titres défilent, accompagnés de déhanchements, de chants, de cris aussi, d'applaudissements et de beaucoup de plaisir partagé. 

 

 

L’apothéose finale avec Treasure de Bruno Mars et Get Lucky de Daft Punk laissait presque croire à un concert de stars de la chanson. C’était simplement Singall Gospel et son plaisir immense d’être là, son énergie qui fait chavirer une grande place dijonnaise un soir de fête de la musique. Grandiose. Incroyable. Inouï. Ahurissant. Avec la chair de poule un peu partout sur le corps d’avoir vécu cela. Fallait-il se pincer pour se dire que c’était simplement la réalité d’un projet fou des responsables de Singall Gospel qui savent si bien transformer des rêves en réalités, qui savent faire passer leur fougue et leur souffle inspiré aux choristes qui les suivent en toute confiance ?

 

 

Ce concert a été comme un grand feu d’artifice qui conclut une magnifique saison singallienne. Parce que Singall Gospel Choir est plus qu’un lieu de chant, c’est aussi et surtout un corps musical qui sait faire bouger les lignes, qui fait avancer un groupe et chacun de ses membres au-delà de ses propres limites.

A qui aurait-on fait croire que des personnes ayant commencé le chant cette année ou l’an passé auraient été capables de tous ces fabuleux concerts ?

Car rappelons-le, Singall 2013-2014, c’est Chevigny-Saint-Sauveur, le Palais des Sports, Champagnole, Longecourt-en-Plaine, Pommard, deux mariages, Quetigny, la place de la Libération à Dijon et prochainement la Vapeur.

Singall, c’est l’expérience positive et révélatrice du chant.

Ce grand semestre presque entièrement dédié au funk aura été une parenthèse enchantée dans le travail de chant autour du gospel. Une respiration allègre et joyeuse dans un autre domaine des musiques noires. 

Un grand et immense merci à Sébastien et Audrey pour la grandeur de leur projet, pour la confiance qu’ils font dans les choristes, même débutants, à Greg pour le travail chorégraphique qui a hautement rehaussé les shows funk, à Rosella pour les chauffes de voix si importantes, à Fred Debomy et au conseil d’administration de Singall qui apportent le plus, absolument nécessaire, au bonheur de se sentir singallien.

Vive le Gospel et le Funk ! Vive Singall Gospel !!!

 

 

 

Lien vers des articles sur le même thème : 

Musique / Singall Gospel au Palais des Sports de Dijon - 07-03-2014

All night !!! - Singall Gospel à Quetigny - 9 et 10 mai 2014

Singall Gospel - Le pouvoir du chant - Concerts du 15 décembre 2013

DE SPECTATEUR à CHORISTE... Concerts Singall Gospel - Pommard 2013

Quand Singall fait briller les yeux des aînés

Musique - Singall Gospel au Théâtre Mansart à Dijon - 10 avril 2013

Concert / "Gospel Noël" par Sing All Gospel à Chevigny-Saint-Sauveur - 9 décembre 2012

 



22/06/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres