THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Oxfam - Sentier Bouton d'Or - 12 janvier 2013

Samedi 12 janvier 2013 

Sentier Bouton d’Or /  Velars-Hauteville

Préparation du Trailwalker Oxfam 2013

12 janvier 2013 - Sentier Bouton d'Or - Velars-Hauteville-Dijon  dans nos actions dsc00718a-300x137 

 

6ème étape de la préparation du Trailwalker d’Oxfam par les 4 Pièces du Puzzle, ce 12 janvier2013 a été l’occasion d’arpenter le Sentier Bouton d’Or à partir de Velars jusqu’à Hauteville en passant par Darois, pour un retour en « autonomie » jusqu’à Dijon, soit une vingtaine de kilomètres.

A deux heures moins le quart, le groupe des 4 marcheurs démarre de l’église de Velars après avoir laissé un véhicule à Darois pour deux des membres qui doivent répondre à des obligations familiales ou professionnelles en fin d’après-midi. Un grand merci d’ailleurs à Véronique Edouard pour avoir transporté les marcheurs jusqu’à Darois.

 

dsc00721b-300x167 dans nos actions 

Priscille, Jean-Luc et Xavier à la sortie de la Ferme du Fays


Au commencement, c’est la montée vers la ferme du Fays (prononcé [faï] par les habitants de Velars ). On sent très vite la présence des chasseurs. Des voitures redescendent vers la ville avec des chiens à bord. Pas d’inquiétude. Le groupe emprunte le GR (chemin de grande randonnée) où, théoriquement, les chasseurs ne sont pas présents. De plus une des chasses dans le secteur semble terminée.

Effectivement, à notre arrivée à la ferme du Fays, un sanglier tué est étendu dans la cour, les hommes ont rangé les fusils.

 

dsc00723a-300x205 

 

Le groupe de marcheurs empruntent le chemin de campagne qui contourne la ferme pour rejoindre le bois en contrebas. C’est la montée vers les hauteurs de la Combe de Torcy que les quatre Pièces du Puzzle longent à sa crête. Dans l’univers brouillardeux qui a envahi la forêt, il règne une grande paix. Au loin, comme un écho venant sans doute de la vallée, ou plus sûrement de l’autre côté de la combe, on entend les chiens et les chasseurs. Là où randonne le groupe, c’est un paysage arboré et très calme. La seule personne croisée sera un vététiste rendu prudent par l’humidité du terrain sur lequel les feuilles mortes sont très glissantes dans les descentes.

 

 

 

Il y a beaucoup de sérénité dans la marche. L’esprit apaisé et le plaisir d’être là donnent des idées, comme une envie de remettre le couvert à cet endroit mais dans une marche nocturne au printemps. Il s’imagine des stratégies, des organisations. Le projet prend forme. La moitié du parcours n’est pas encore atteinte que déjà, les 4 marcheurs savent qu’ils reviendront pour une nuit printanière, avec d’autres compagnons de marche. Ce n’est pas la nuit qui porte conseil, c’est le jour et sa brume. Le soir, quand ils se retrouveront autour d’une raclette chez Jean-Luc et Véro, la date sera fixée : ce sera le premier week-end de mai.

On n’en est pas encore là. La randonnée continue dans un plaisir partagé, un sens de ce qui unit les marcheurs, et un sentiment de vivre pleinement le présent.

 

dsc00726a-300x182 

 

Moins de trois heures après le départ de Velars, le groupe coupe la route de Darois qui sera rejoint par le sentier un peu plus tard. Deux des membres récupèrent le véhicule pour rejoindre Dijon tandis que les deux autres reprennent leur marche vers Hauteville.

De la zone artisanale et l’aéroport de Darois, il faut d’abord longer la départementale pour rejoindre le bois environ un kilomètre plus loin. Il n’y a pas de temps à perdre. Il est plus de cinq heures. La nuit commence à tomber. La circulation, sans être dense, est quand même significative. Ces points deviennent essentiels, car les deux marcheurs ont oublié leur lampe frontale.

Rapidement, ils se retrouvent au croisement de la route avec la partie boisée. Il leur faudra quelques minutes pour trouver l’entrée de la sommière (sentier large qui permet un zonage du bois). Layon après layon (petites sentes perpendiculaires à la sommière qui délimitent les parcelles forestières), sept au total, la zone arborée est traversée. Sur la droite débouche le chemin de campagne vers Hauteville. A force de marcher sans lumières artificielles, les yeux développent d’étonnantes capacités à s’adapter  au manque de luminosité, comme si le corps mettait en œuvre avec force ce qui ne lui est pas utile habituellement du fait des techniques humaines. C’est comme un sentiment animal de trouver en soi, de toucher en soi ce qui reste souvent endormi. Le chemin est large, la campagne nue. Pas de pousses, seulement de la terre humide dans une bruine qui commence à tomber. La sensation est très forte d’être là, rien que soi, engoncé dans des vêtements chauds, faisant confiance à toutes ces choses que l’on voit rien que par ses yeux, seulement par ses yeux, sans aucune aide technique supplémentaire. Les sens sont aiguisés comme l’ouïe, entre autres quand les marcheurs passent sous des lignes à haute tension d’où l’électricité crépite.

 

Puis au loin, derrière le sommet du chemin qui monte, apparaît un halo de lumières orangées dans la brume. Hauteville est toute proche. Et, dés que l’on se retrouve sur le haut de la butte, plus que Hauteville, c’est Dijon et ses éclats lumineux de lampadaires comme des illuminations de fête foraine. La campagne sombre l’avait caché jusqu’au dernier moment.

Comble du choc des paysages, à peine arrivés aux premières maisons, les marcheurs aperçoivent un abribus éclairé sur la petite place toute proche. Ils ont à peine le temps de regarder les horaires qu’un bus déboule de la rue en face. Situation très troublante où, en moins de cinq minutes, ce qui n’était que nature devient une ville avec son organisation complexe, performante, et son éclairage artificiel.

Dijon est rejointe en moins de dix minutes, d’autant plus qu’aucun passager ne montera dans le bus jusqu’au square Darcy. La suite, c’est un retour (à pied bien entendu) vers le point de départ dans le quartier de l’Auditorium. Un petit kilomètre sur des trottoirs, à traverser des rues à la circulation plus ou moins dense. Ce sera le dernier kilomètre de la journée. Au bilan, un trajet de Velars à Dijon en autonomie complète.

 

 

Plus tard dans la soirée, les quatre marcheurs se retrouveront dans un appartement du côté de l’Auditorium, autour d’une raclette et d’un bon verre de blanc, histoire de finir en beauté ce bon moment de nature, en profitant de l’occasion pour fignoler et dater le programme des futures marches.

 

Dijon Auditorium Dijon Auditorium 

 

Lien avec l'album-photos de la rando Bouton d'Or : Rando Sentier Bouton d'Or - 12 janvier 2013



26/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres