THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Livre / "La Pissotière" de Warwick Collins

 

 

LA PISSOTIERE

de Warwick Collins

Editions 10/18 - Domaine étranger 

titre original "Gents"

Traduit de l'anglais par Robert Davreu

142 pages

1999 pour la traduction française

 

 

"La pissotière" de Warwick Collins est un petit roman écrit comme une fable moderne qui raconte avec beaucoup de subtilité et un amusement un brin subversif l'histoire de trois immigrants jamaïcains, hommes de ménage dans des toilettes messieurs payantes à Londres, toilettes fréquentées en grande partie par des couples occasionnels d'homosexuels qui se faufilent discrètement en remontant les escaliers vers la rue.

 

Et bien évidemment, plus la renommée de ce lieu monte parmi ceux qui le fréquentent, plus la réputation de cet établissement public se dégrade dans la ville.

 

La municipalité décide de réagir en cherchant des moyens de faire fuir ces "reptiles". Cette politique portera ses fruits au point que les revenus baissent mettant en danger l'équilibre budgétaire et la rentabilité de l'affaire.

Paradoxalement, comme le dit Jason, l'un des trois employés du lieu, "Nous avons des reptiles et de bons revenus ou nous n'avons pas de reptiles et des revenus bas".

 

De cette situation, en sortira une issue inattendue, qui donne à réfléchir sur toutes les formes de racisme et d'exclusion, et sur la société basée sur l'argent comme régulateur du monde, comme source de rentabilité.

 

Le roman donne l'impression savoureuse d'être bercé par le reggae et l'accent dansant des trois employés jamaïcains.

 

 

 

Les femmes y jouent un grand rôle, notamment les compagnes des trois personnages centraux du roman, donnant un peu de soleil de Kingston en plus à l'histoire qui est racontée. C'est un peu Bob Marley dans les toilettes publiques, une situation saugrenue et originale, mais tout à fait crédible par le style et l'écriture subtils de Warwick Collins.

 

Rien de glauque, pas de description sordide, simplement une réalité vue ou plutôt devinée par les yeux de trois rastas loin de leur île. Le roman se lit facilement en quelques heures. Un plaisir qui ne se refuse pas.

Prévoyez quelques morceaux de Bob Marley ou de Steel Pulse en musique de fond, histoire de mieux vous imprégner de cette histoire. Bonne lecture...

 

 

Extraits

 

Page 37

Au cours des semaines suivantes, Ez se mit à apprécier la qualité du silence. Entre les claquements de portes, dans l'intervalle de calme compressé, c'était comme si le silence était une force vivante, une force qui grattait contre les murs.

 

Page 39

Sous l'odeur de l'urine et des matières fécales, du chlore dans l'eau, des désinfectants et des cires, des produits de rinçage et des poudres à récurer, il y avait le fumet des autres senteurs qui partagent leur domaine, l'odeur de la peur et du refoulement.

 

Page 46

- La peur est le meilleur laxatif, man. ça vous nettoie l'organisme.

 

Page 71

- Je vois les choses de la façon suivante. Jusqu'à maintenant, on vit dans une sorte d'équilibre écologique avec les reptiles. C't'endroit est comme un marécage. Flanque dehors un reptile, il en arrive un autre.

 

Page 95

- Les blancs sont froids, dit Jason. Froids à l'intérieur.

(...)

- Les blancs sont différents, l'assura Jason. Différents sous la peau.

- Jason, dit Reynolds. T'es un Black Panther ou quoi ?

 

Page 113

C'est comme s'ils se rendaient compte qu'ils se trouvaient, en définitive, de chaque côté d'un vide que nul pont ne pouvait franchir.

 

Page 115

Citant Jason, Martha dit :

- "Tous les blancs sont des reptiles." T'es d'accord avec lui ?

- Pourquoi tu dis ça ?

- Peut-être qu'il a des problèmes.

- Jason est sincère, insista Ez. Y dit exactement ce qu'y pense.

- Peut-être qu'Hitler aussi, il était sincère.

- Si Jason le ressent comme ça, l'a raison de retourner à la Jamaïque.

 

Page 116

- L'est sans crainte. Une femme s'en va, une autre arrive.

Martha se détourna de lui et s'allongea sur le flanc.

Elle dit :

- Une femme arrive, une autre s'en va.

 

 

 

Warwick Collins est né à Johannesburg en 1948. Lorsqu'il a onze ans, ses parents s'installent en Angleterre et l'inscrivent à la King's School de Canterbury. À la suite d'une opération de la colonne vertébrale, il passe sa seizième année immobilisé dans un plâtre. Il en profitera pour lire, suivant la diversité de ses seuls centres d'intérêt, qu'ils soient littéraires ou scientifiques. Ses poèmes seront publiés dans la revue Encounter entre 1968 et 1971. Il étudie la biologie à l'université, écrit des articles (pour Genetics entre autres), se passionne pour la navigation, traverse l'Atlantique deux fois sur un petit voilier, devient designer de yachts pendant sept ans. Pendant son temps libre il écrit Challenge, un scénario qu'il transformera en une trilogie maritime publiée en 1988. Depuis, il se consacre à la littérature et a écrit plusieurs autres romans dont La Pissotière et Computer One.



21/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres