THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Livre / "Le Festival mondial de théâtre de Nancy" de Jean-Pierre Thibaudat - 2017

Festival mondial du théâtre de Nancy

Une utopie théâtrale - 1963-1983

de Jean-Pierre Thibaudat

Editions Les Solitaires Intempestifs – 2017

395 pages

 

 

Festival mondial de théâtre  de Nancy 01.jpg

 

 

Pendant 20 ans, de 1963 à 1983, le Festival mondial de théâtre de Nancy aura ouvert des voies multiples dans l’exploration du théâtre et de l’art en général. Il aura permis à de nombreuses jeunes compagnies, souvent issues du théâtre universitaire, de se faire connaître du grand public et de s’imposer dans le paysage artistique national et international. Ce fut le cas pour Ariane Mnouchkine, Patrice Chéreau entre autres. Le festival fera éclore d’autres grands noms du théâtre et de la danse contemporaine comme  Tadeusz Kantor, Pina Bausch,  Robert Wilson et beaucoup d’autres.

 

Né dans l’effervescence des années 60, nourri des révoltes de 1968 et des années qui ont suivi, le Festival de Nancy a traversé une période très créative s’opposant au théâtre officiel. Il a été le fer de lance d’une autre forme de culture qui répondait parfaitement à la citation : « Ils ne savaient que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».

 

Le Festival mondial du théâtre de Nancy a été créé par un certain… Jack Lang, alors âgé de 23 ans, acteur et co-créateur du Théâtre Universitaire de Nancy avec son copain de lycée Edouard Guibert. Ce nouveau festival obtient le soutien de la Fédération nationale du théâtre universitaire.

 

Ce festival sera un enfant turbulent dans le monde codifié du théâtre de son temps, un révélateur de la société, un lieu de création et de révolte, engagé dans les combats de l’époque.

 

Avec enthousiasme et utopie, avec des tiraillements inhérents à une expérience artistique de nombreuses années, le Festival de Nancy aura posé les bases d’un théâtre moderne, libre, créatif et contestataire. Il s’est achevé en 1983, suite au constat réaliste des baisses de subventions qui ne permettent plus de couvrir les frais fixes du centre de formation. Au final, l’assemblée générale du 13 mai 1986 dissout l’association et met fin à une aventure extraordinaire de 20 ans.

 

Jean-Pierre Thibaudat, ancien journaliste de Libération entre autres, a raconté cette formidable épopée artistique dans un livre paru aux éditions les Solitaires Intempestifs (basées à Besançon). Un pavé de près de 400 pages, très documenté qui raconte dans le détail chacune des éditions du festival.

L’auteur a eu accès à de nombreuses archives (textes et photographies). Il a pu ainsi faire revivre par les mots et les images ce qu’a été cette expérience si particulière.

 

Surtout, par le récit qu’il en fait, il pose les bases d’autres expériences possibles, d’autres utopies qui peuvent bousculer le conformisme et faire avancer la société. Croire que l’impossible peut être chamboulé en ouvrant des pistes par encore explorées. Sortir de sa zone de confort pour oser s’aventurer vers autre chose qui fera grandir. Jack Lang, Patrice Chéreau, Ariane Mnouchkine et consorts ne diraient pas le contraire.

 

Cerise sur le gâteau, cet ouvrage volumineux en format 24 cm x 21 cm ne vaut que 23 €. Alors pourquoi se priver d’un tel plaisir ? 

 

 

Festival mondial de théâtre  de Nancy 02.jpg

Jack Lang dans "Caligula" d'Albert Camus, par le Théâtre Universitaire de Nancy, 1963 

Photo Christian Jam / Studio 

 

 

Extraits 

 

Page 11

De 1963 à 1983, le Festival mondial de théâtre de Nancy, créé par Jack Lang, a bouleversé le paysage théâtral. D'abord universitaire et européen, le Festival allait devenir rapidement mondial. Tout en devenant professionnel, suivant en cela le parcours de bien des compagnies nées dans un cadre universitaire, comme celle d'Ariane Mnouchkine ou celle de Patrice Chéreau, qui créera l'un de ses premiers spectacles à Nancy.

 

Page 31

La lettre datée du 19 février 1964 est adressée à l'ambassade de Mauritanie à Paris, 5 rue de Montevideo :

"Monsieur l'Ambassadeur, j'ai le grand honneur et le plaisir de vous faire savoir que le Théâtre Universitaire de Nancy organise, pour la première fois au monde, du samedi  18 au dimanche 26 avrils 1964, un FESTIVAL MONDIAL DE THEATRE UNIVERSITAIRE, au Grand théâtre de Nancy"

 

Page 53

Le 16 décembre 1964, Jack Lang écrit à Jerzy Grotowski. Il souhaite qu'il revienne au Festival, mais pas seul, "avec un ou deux" acteurs, afin de présenter "des exercices corporels et vocaux", comme il le pratique dans son théâtre. 

 

Page 180

Libération, journal quotidien qui vient de naître mais qui ne paraît encore que de temps en temps, consacre un article au Festival. Les journalistes critiquent le gouvernement français et son nouveau ministre des Affaires Culturelles, Maurice Druon (nommé en avril 1973), qui subventionnent peu le Festival de Nancy créé par Jack Lang (150.000 francs) et grassement le Festival d'automne de Michel Guy (2 millions de francs). 

 

Page 224

1976 (...) Douze pays, vingt-cinq spectacles. le nombre de spectacles, de pays invités, le durée de la manifestation, tout est resserré (fini le gigantisme, l'orgie de spectacles). Et pour la première fois, tout se concentre autour d'un thème, même si celui du "théâtre comique populaire" est assez vaste et ouvert pour parcourir le monde et les différentes formes de spectacles. 

 

 

Pina bausch Café Müller.jpg

Pina Bausch - Café Müller 

 

 

Page 300

1980 (...) Café Müller", de Pina Bausch, spectacle qui arrive tard dans le Festival (le 23 mai), mais qui fait sensation et se donne jusqu'au dernier soir (...) Rolf Borzik a conçu les décors et les costumes de Café Müller, comme pour tous les spectacles de Pina Bausch à Wuppertal. Il vient de mourir d'un cancer à l'âge de 35 ans. Pina Bausch perd un être très cher, son compagnon, et, à Nancy, le spectacle porte en creux cette douleur dans son corps frêle, en combinaison rose pâle contre un mur.  

 

Page 320

1963-1983, le Festival fête ses 20 ans. Le programme s'ouvre sur une lettre de ministre de la Culture, Jack Lang, adressée à Adrien Duprez, président de l'association qui veille sur le Festival. Il rend hommage à sa "volonté passionnée" et à son "travail  acharné" et souhaite bon vent au Festival. Le ministre croit-il encore que le Festival qu'il a fondé aura un avenir durable ? 

 

 

12878.jpg



29/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres