THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Manière de Voir / Les révolutions dans l'histoire

 

Manière de Voir n°118

Le Monde Diplomatique

"Les révolutions dans l'histoire"

(Août-septembre 2011)

 

 

 

 

A l'heure où les révolutions arabes bouleversent la planète, le Monde Diplomatique dans sa collection bimestrielle "Manière de Voir"  revient sur l'idée de révolution et celles qui ont marqué l'histoire.

 

Il ne s'agit pas seulement de révolutions au sens politique du terme, mais tous ces grands mouvements de masse qui ont bousculé l'histoire des peuples : révolution économique, sociale, culturelle, artistique, scientifique.

 

Au travers d'articles déjà parus dans le Monde Diplomatique ou d'inédits, nous retrouvons la trace de ces femmes et hommes  dont le nom est resté gravé à ces grands mouvements de transformation des sociétés.

 

Mother Jones, la mère du syndicalisme américain à l'aube du XXème siècle.

Emma Goldman, femme anarchiste américaine et chantre de la lutte pour l'égalité des sexes au début du XXème siècle aussi.

le FHAR (Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire) dans les années 70 dont la lutte associait bouleversements des moeurs et transformation de la société.

les Black Panthers dans leur action sociale à Oakland en Californie à la fin des années 60.

le rêve du socialisme autogestionnaire dans la Yougoslavie d'après la rupture avec Staline.

Les femmes indiennes mexicaines qui, depuis 2004, défendent le droit à l'eau , l'amélioration des conditions de vie des peuples autochtones et l'arrêt des expropriations dont elles sont victimes.

 

Le magazine se plonge dans l'histoire plus ancienne : le XVIIème de Oliver Cromwell en Angleterre, la Révolution Française évidemment et ce fameux jour du 4 août 1789 où les députés ont voté l'abolition des privilèges. Il est aussi question de la manière dont les pouvoirs, en plus de la manière forte et violente, travaillent sur le terrain de la propagande pour déconsidérer  les opposants comme ce fut le cas pour les communards classés comme des malades mentaux relevant de la psychiatrie.

 

La Révolution Russe de 1917 aussi est passée au crible comme l'insurrection hongroise de 1956.

Un des articles aborde le "Che" Guevara de son image romantique qui a traversé les décennies à sa penséee politique en opposition avec le modèle soviétique. En Amérique Latine aussi, les peuples ont sans cesse refusé les dictatures. Considéré comme une chasse gardée des Etats-Unis depuis 1823 par la doctrine Monroe, malgré les dictatures militaires, les pays sud-américains ont vu leurs populations s'affranchir de la tutelle et de l'asservissement.

 

Le n°118 de Manière de Voir revient également sur l'idée de l'indépendance, de son mouvement, des moments de rupture qui ont marqué le commencement comme Dien Bien Phu, la défaite française au Viet-nam en 1954 qui devint le "Valmy du tiers-monde". Il est aussi question du Mexique de 1910 (Pancho Villa, Emiliano Zapata), de l'Espagne de la République de 1936 pour laquelle tant d'écrivains se sont engagés (Malraux, Hemingway, Bernanos, Mauriac), de l'Egypte de Nasser de 1952 à 1972, de la Chine maoïste à l'époque de la Révolution Culturelle de Mao Zedong dont on mesura plus tard la catastrophe.

 

On redécouvre des penseurs radicaux largement ignorés de leur vivant comme Frantz Fanon, l'un des fondateurs du courant de pensée tiers-mondiste, psychiatre antillais, essayiste du milieu du XXème siècle dont les idées ont retrouvé une nouvelle jeunesse dans les années 80.

L'Algérie bien sûr a sa place dans ce numéro de Manière de Voir par un bilan après plus de quarante ans d'indépendance succédant à 132 ans de colonisation dont 8 de guerre meurtrière.

 

Pour conclure, Serge Halimi démonte le mécanisme de déclenchement des révolutions arabes de 2010-2011, à partir de l'immolation par le feu du jeune Mohammed Bouazizi en Tunisie. Un démarrage imprévisible qui a obligé tous les dominants de la planète à revoir leurs scénarios et leurs conceptions de la vie.

 

Comme le dit le philosophe Daniel Bensaïd :"Bien sûr nous avons eu davantage de soirées de défaite que de matins triomphants. Et, à force de patience, nous avons gagné le droit précieux de recommencer."

Eugène Pottier dédia un hymne de deuil à la Commune de Paris, en 1870, qui finissait par :

"... Et la tourbe de bourreaux gras / Se croyait la plus forte. / Tout ça n'empêche pas, Nicolas / Qu'la Commune n'est pas morte."

(Il ne s'agit pas alors du Nicolas des années 2010, mais à relire ces mots, il est difficile de ne pas penser à un autre Nicolas)  

 

 

Les articles sont agrémentés de textes d'Aimé Césaire, poète et chantre de la Négritude avec Léopold Sedar Senghor, Guy Hocquenghem, Jean Genet, Victor Hugo, Victor Serge, Salvador Allende, Georges Bernanos, Edgar Snow et Abdelrahman El-Khamissi. Vous y trouverez aussi plusieurs tableaux, graphiques et chronologies des thèmes abordés. C'est un document riche d'informations et d'éléments pour penser la vie autrement, un magazine à conserver absolument.

 



23/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres