THEATRE DU PUZZLE

THEATRE DU PUZZLE

Livre / "Dieu est un pote à moi" de Cyril Massarotto

Cyril Massarotto - Dieu est un pote à moi.jpg

 

DIEU EST UN POTE A MOI

de Cyril Massarotto

XO éditions – 2008

Editions France Loisirs - 2013

244 pages

 

Les adjectifs pour qualifier ce roman ne manquent pas : magnifique, bouleversant, drôle, émouvant, spirituel (au sens propre et au sens figuré), philosophique, surprenant, libre (dans le ton et la pensée), irrévérencieux,… bref un roman formidable.

 

Déjà, l’idée de base séduit et donne envie de poursuivre la lecture : un jour, un jeune vendeur presque blasé, travaillant dans un sex-shop, voit Dieu venir à sa rencontre pour le choisir et devenir son confident, et établir avec lui un dialogue régulier tout au long de sa vie. Dieu devient quasiment son ami, un compagnon de vie complètement différent de ce que tout un chacun imagine de Dieu. Celui-ci est questionneur et farceur, utilise un langage commun voire parfois peu châtié. D’où l’idée que « Dieu est un pote à moi ». Cette situation hors du commun donne lieu à des moments très cocasses où il est difficile de ne pas lâcher un éclat de rire, même quand on est seul chez soi.

Et ainsi nous voilà parti dans la vie de notre narrateur depuis sa rencontre avec Dieu jusqu’à un moment dont on ne parlera pas ici pour maintenir l’intérêt d’un final original et très fort, émotionnellement parlant.

On se croirait parfois dans un de ces films italiens des années 70-80 où la drôlerie et le rire éclatent sur un fil étroit qui les relient directement au drame et à l’émotion pure. La légèreté s’y accouple avec les grandes questions existentielles sur la vie. Et, l’air de rien, sans presque s’en rendre compte, chacun peut croiser un peu de ses questionnements sur le sens de son existence.

On pense lire (et écouter) un narrateur en train de raconter sa vie et son dialogue très spécial avec un type appelé Dieu, le tout d’une humeur badine, presque détachée, et d’un coup, on tombe sur un petit(ou un grand) quelque chose de soi, sur une interrogation, sur une de nos  questions sans réponse.

Le style littéraire de Cyril Massarotto accroche très vite le lecteur, comme si celui-ci était spectateur d’une vie qui n’est pas la sienne, mais qui lui ressemble étonnamment, et donc peut s’y intéresser.

Derrière l’argument de la vie d’un type ordinaire, tout y passe : l’amour bien sûr, le couple, les enfants, le travail, la mort, le bonheur, l’éducation,…

Il ne s’agit pas d’un traité de sciences humaines, mais certains aspects du roman peuvent en apprendre autant, dans un récit qu’il est difficile de lâcher à partir du moment où on y a posé les yeux.

Une superbe réussite littéraire.

 

Cyril-Massarotto_2551.jpeg 

Cyril Massarotto

 

Extraits

 

Page 13

- Alors voici deux autres choses de plus à retenir pour toi : Savoir numéro Deux, il n’y a q’un Dieu, c’est moi. Savoir numéro Trois, tout ce qui a trait aux Hommes, c’est moi, donc je peux tout me permettre. L’mour, c’est moi, la poésie, c’est moi, la vulgarité aussi c’est moi, la littérature c’est moi, la musique c’est moi, l’humour c’est moi…

- La modestie, c’est quelqu’un d’autre apparemment…

 

Page 22

Plus jeune, il n’aimait pas les études, alors il a voulu s’engager dans l’armée, je ne vois pas trop la logique, mais bon…

 

Page 25

(…) un mec seul, plus de famille, pas vraiment d’amis, qui plaît aux filles mais qui n’a jamais su en garder une, un mec qui ne sert à rien finalement.

 

Page 33

(…) Si la première fois qu’on s’est vus j’avais sonné à la porte habillé en monsieur tout-le-monde, tu aurais eu du mal à croire que j’étais Dieu, non ? Alors j’ai utilisé les nuages, la grande barbe blanche et tout le toutim. Et l’éclair pour faire classe.

 

Page 37

J’ai horreur des rêves, bons ou mauvais. Un rêve, c’est de la vie qu’on nous vole. On ne peut rien contrôler, on ne comprend jamais ce qui se passe, et après on se pose des questions pendant des heures. Ça peut même vous gâcher la journée.

 

Page 61

(…) Le destin est un terme qui n’existe que parce que les Hommes croient. Vous vous êtes rencontrés donc c’était votre destin, et non pas parce que c’était votre destin (…) Pour faire court, le destin est un synonyme du mot « réalité ». Dire « C’était mon destin » revient à dire « ça m’est arrivé », tout le reste n’est que croyance ou superstition, c’est la même chose.

 

Page 85

Je crois que tous les somnifères que l’on avale lorsqu’on est adulte, ce sont toutes les berceuses que l’on ne nous a pas chantées quand on était enfant.

 

Page 92

Tu imagines si je ressentais comme toi le temps qui passe ? Je deviendrais fou, puisque je suis potentiellement éternel.

 

Page 106

Ce que je veux te faire comprendre, c’est qu’il faut vivre juste, prendre les choses comme elles viennent. Le bonheur n’est pas un projet. Sois-en bien conscient. Vis, et ne t’encombre pas l’esprit de questions inutiles.

 

Page 142

Autre aberration : ce que les gens prennent pour du courage, c’est juste ne pas avoir le choix.

 

Page 191

Peut-être que le plus important n’est pas l’amour, mais la personne qui nous apprend à aimer. 

 

cyril_massarotto.jpg 

Cyril Massarotto



25/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres